Les Francofolies et le Stade Rochelais au diapason

Les Francofolies et le Stade Rochelais au diapason

Depuis le début de cette saison, le Stade Rochelais et les Francofolies, deux acteurs majeurs du territoire rochelais, se sont accordés autour d’un partenariat.

Les paroles de Florence Jeux (photo), directrice générale et artistique des « Francos », confirment cette attractivité réciproque. 

Florence, pouvez-vous nous donner quelques chiffres-clés des Francofolies ?

En 2017, ce sont plus de 340 artistes qui se sont produits devant 130 000 festivaliers pendant 5 jours et sur 9 espaces de diffusion, dont ceux mis à disposition par des partenaires locaux comme La Sirène, La Coursive ou encore les Tours de la Rochelle avec le Centre des Monuments Nationaux, ainsi que ceux mis à disposition par la Ville de La Rochelle comme l’Ecole D'Or. Cette année, nous avons mis en place un nouveau partenariat avec l’équipe de la Belle du Gabut.

Comment le Festival des Francofolies se démarque-t-il de tous les festivals qui ont fleuri en France ces dernières années ?

D’abord, il y a cette antériorité qui nous donne une certaine crédibilité, puisque nous préparons aujourd’hui la 34ème édition des Francos et qu’au départ, nous étions un des seuls festivals en France avec le Printemps de Bourges. Ensuite, nous avons été les premiers à défendre les artistes francophones. Également, nous avons toujours montré une grande ouverture à l’international en développant un évènement musical majeur sur d’autres territoires dans le monde. Ainsi, nous avons maintenant six festivals programmés, dont ceux de Spa, Montréal, Blagoevgrad en Bulgarie et ceux de Nouvelle-Calédonie et de la Réunion dont les premières éditions ont eu lieu en septembre et mars derniers. Enfin, nous sommes un festival ancré dans le cœur d’une ville historique, et quelle ville !

Justement, La Rochelle…

Les Francos n’auraient pas vu le jour sans La Rochelle. C’est une chance incroyable de faire vivre notre manifestation au cœur de ce patrimoine architectural extraordinaire. Les Francofolies et La Rochelle sont très étroitement liées dans l’esprit de tous. Via sa notoriété à l’échelle internationale, le Festival contribue à véhiculer la bonne image de la ville à l’extérieur. A l’intérieur, avec le Chantier des Francos qui aide à faire éclore de jeunes talents et Francos Educ qui s’applique à diffuser la chanson francophone auprès des écoles de l’agglomération rochelaise, les Francofolies participent à l’animation culturelle de La Rochelle toute l’année.

Pourquoi ce partenariat initié cet été avec le Stade Rochelais ?

D’abord, les deux entités partagent les mêmes valeurs de convivialité, de proximité et d’admiration réciproque. Au même titre que les matches du Stade Rochelais au Stade Marcel Deflandre constituent des évènements sportifs majeurs à La Rochelle, les Francofolies suscitent le même type d’engouement sur le plan musical. En tant qu’acteurs importants du territoire ayant un large public en commun, nous devions un jour nous rencontrer et nous apporter mutuellement des choses. Ainsi, un échange de visibilité et des d’opportunités d’opérations de promotion ont été mis en place. Si la loge collective Francofolies située en tribune Jackson du stade a vu le jour lors de cette saison 2017-2018, nous mettrons à disposition du club un espace dédié de relations publiques lors du prochain festival. D’ailleurs, pour le festival 2018, hormis la programmation de têtes d’affiches comme NTM, Shaka Ponk, Orelsan, Jain et Mc Solaar, nous allons continuer à proposer à notre public des créations originales et la découverte des talents qui seront les vedettes de demain.