Printer-friendly versionSend by emailPDF version

Current Size: 100%

Actualités

5 espoirs dans le monde des grands !

Vous n’êtes pas sans savoir que l’effectif Rochelais de Pro D2 accueille 4 joueurs Espoirs du Stade, depuis le début de la saison. Depuis cette semaine, un cinquième « mousquetaire » arrive parmi les joueurs professionnels, suite à ses bonnes performances en Espoirs…

 Avec Steeve Barry, Arthur Cestaro et Julien Berger, Matthew Ford avait intégré le groupe après la blessure d’Ignacio Rodriguez-Muedra. Le jeune ouvreur franco-anglais intervenait pour combler le poste laissé vacant par l’argentin. Et bien c’est au tour de Florian Letellier de vivre la même expérience ! Ses bonnes performances en Espoirs cumulées aux quelques pépins physiques des deuxièmes et troisièmes lignes Rochelaises, l’ont amenés à s’entrainer avec le groupe professionnel depuis cette semaine. C’est l’occasion pour nous de revenir sur cette intégration, avec l’ensemble des joueurs concernés.

Steeve Barry

Tu es le joueur Espoirs qui a été le plus utilisé lors des matches officiels de Pro D2 ? Quelle expérience en tires-tu ?

« La pression n’est vraiment pas la même ! Obligatoirement, il y a plus d’enjeux… En termes de jeu, tout va plus vite, les joueurs sont plus physiques et donc les impacts sont plus marquants. Quelque part, on a moins le droit à l’erreur dans ce championnat car les hésitations se payent « cash »… Ensuite, cela fait aussi plaisir de se frotter à de grosses équipes, comparé à quelques matches Espoirs où l’on peut parfois maitriser assez facilement notre sujet. Cela fait bizarre de passer des tribunes au terrain ! En interne, certains joueurs nous apportent leur expérience. Des rugbymen comme Sébastien Fauqué ont beaucoup à nous apporter. Ils ne parlent pas tout le temps, mais juste au bon moment et avec les bons mots… Mais ils sont nombreux à nous prodiguer de bons conseils à l’arrière, comme Vincent Roux ou Sébastien Boboul. »

Matthew Ford

Sébastien Fauqué est ouvreur, tout comme toi. Il compte 143 matches de Top 14, a travaillé avec Johnny Wilkinson, Felipe Contepomi ou encore Benjamin Boyet… Rien que cela ! Qu’est-ce que ça fait de travailler dans le sillage d’un joueur comme celui-ci ?

« C’est une chance incroyable ! De par son passé et ce qu’il apporte encore au club, cela n’arrive pas à tout le monde d’être aux côtés de quelqu'un comme ça… Il a une grande aisance dans les commandes, les choix de jeu etc. Avec l’assurance qu’il affiche, on sait que ça va bien se passer dans la ligne de trois-quarts… Et en termes de technique, j’aimerais bien emprunter un peu de son jeu au pied également !!! Mais il y a aussi Sébastien Laloo qui arbore un peu le même profil avec un bon pied. J’essaye de calquer mes besoins sur eux sans pour autant les copier. Il faut que je construise mon propre style de jeu. Mais cela ne m’empêchera pas de m’inspirer de leurs points forts. J’ai fait quelques séances de jeu au pied avec Laloo mais c’est assez rare, malheureusement… Lorsqu’ils font leur séance de jeu au pied à la fin de l’entraînement, moi je dois retourner à la Fac pour suivre les cours ! »

Arthur Cestaro

Tu as joué à Mont-de-Marsan, match où les Rochelais s’inclinaient pour la deuxième fois consécutive. Quel déclic a pu inverser la tendance jusqu’à opérer cette remontée au classement ?

« Je crois qu’il y a eu une prise de conscience générale : le Pro D2 est un championnat de combat et les coaches nous avaient prévenus. Il fallait travailler dur pour assimiler le projet de jeu. Lorsque nous avons côtoyé le fin fond du classement, nous nous sommes rendus compte que les ambitions du club s’éloignaient et que malgré tout, ces ambitions étaient aussi les nôtres… Alors nous avons encore plus bossé à l’entraînement ! Après, le mot d’ordre a été de retrouver la gagne, faire peut-être un peu plus simple, mais surtout être plus efficace… Et c’est en passant par la victoire que l’on peut ensuite jouer en confiance. Le match de Dax avait été positif car nous avions accroché le leader chez lui. Et Bourgoin a finalement été le match révélateur… »

Julien Berger

Julien, en tant que numéro 9, tu es proche du pack et tu connais très bien Florian, nouveau partenaire d’entraînement en équipe première. Comment perçois-tu son évolution ?

« Le fait de travailler avec les joueurs professionnels, ça permet vraiment de s’améliorer à chaque entraînement. Florian est un bon joueur, de deuxième ou de troisième ligne. Il est bon en musculation, donc il est puissant. Et malgré cela, il est quasiment aussi rapide à la course que les trois-quarts ! Cela fait une bonne pointe de vitesse pour un gros ! (Rires) Au niveau des impacts, cela va vraiment changer pour lui. Mais je crois que c’est juste une question d’habitude… Il faudra juste qu’il évite de chuter lorsqu’il relance, ça lui est arrivé deux fois cette année !!! Mais bon, je n’arrête pas de le chambrer là-dessus… »

Florian Letellier

Toi qui vient de découvrir les entraînements avec le collectif professionnel, quels sont tes premières impressions ?

« Et bien ça fait plaisir de s’entraîner avec les meilleurs éléments du Stade ! On sait déjà que tout va plus vite car on touche vraiment le haut niveau. Je pense que tout le monde aimerait être à notre place alors ça motive pour se donner au maximum et saisir la chance que l’on nous offre… Forcément, c’est du Pro D2, il y a plus d’attentes qu’en Espoirs, alors on est obligé de s’appliquer à chaque instant. Romain Carmignani m’a pas mal aidé lundi dernier. Il y avait des annonces de combinaisons, des placements que je ne connaissais pas. Alors il m’a un peu guidé en apportant quelques conseils. »

view counter