Version imprimableSend by emailversion PDF

Current Size: 100%

Actualités

Vu de Béziers

Mathieu Gouagout pilier du ASBH et blessé depuis plus d’un mois se livre pour nous sur son état personnel, sur les prestations Héraultaise et Rochelaise et sur sa vision de la fin de saison.

"Nous n’avons plus trop le droit à l’erreur à la maison!"

Pour vous, c’est une saison compliquée sur fond de blessure, comment la vivez-vous ?

Mathieu Gouagout : « Pour moi, c’est une saison plus que compliquée, je me suis fait deux déchirures en début de saison à la suite desquelles j’ai tout de même pu enchainer quelques matches avant de me faire une sciatique juste avant  Noël. Le diagnostic est tombé juste après les vacances avec une récidive plus une paralysie du mollet. J’ai donc dû me faire opérer assez vite pour enlever le début d’hernie. Je le vis mal ; je m’étais mis en tête de faire une très bonne saison cette année parce que nous avons tellement galéré l’année dernière pour remonter en Pro D2 et je voulais profiter de la chance qui nous était offerte pour être bien dans l’équipe et faire ce qu’il faut pour maintenir l’équipe en Pro D2."

Et comment faites-vous pour rester impliqué avec le club de Béziers ?

Mathieu Gouagout : «  Le problème c’est que je me suis fait opérer au début du mois de Janvier sur Bordeaux, je n’avais pas le droit de me lever ou de conduire pendant un mois. Donc, c’était un peu compliqué pour voir les copains d’autant plus que j’avais un mois de rééducation avec un médecin spécialisé du dos à Bordeaux. Au niveau de l’implication avec l’équipe, c’est vrai que c’est difficile, cependant, Philippe Benetton me laisse l’opportunité de faire les vidéos des mêlées et de donner mon avis sur les mêlées. Je suis souvent en contact avec l’entraineur pour pouvoir faire l’analyse des mêlées adverses par rapport à l’équipe du weekend. »

« Dans trois semaines, je pourrais rejoindre le groupe et la salle de musculation. Mi-Avril, je devrais même pouvoir reprendre les mêlées si la rééducation se passe bien. »

Que pensez-vous des prestations de Béziers cette année ?

Mathieu Gouagout : «  Le début de l’année a été très difficile dû à beaucoup de changements dans l’effectif et dans le staff. Le fait de remonter en Pro D2, ce n’est pas non plus évident parce que les styles de jeu entre la Fédérale 1 et la Pro D2 sont différents. Je pense que nous avons eu du mal à nous adapter au début sur les commandements d’entrée en mêlée et maintenant que nous avons réussi à trouver un bon fonctionnement en mêlée, nous avons un manque de réussite au pied qui nous fait défaut depuis quelques matches. Il nous a fallu une dizaine de matches pour bien rentrer dans ce championnat mais je pense que nous allons y arriver maintenant. »

Que pensez-vous des prestations Rochelaises à l’extérieur cette saison ?

Mathieu Gouagout : « C’est un peu décevant par rapport à ce qu’ils faisaient avant. J’ai joué là-bas pendant trois ans et je sais que c’est une équipe qui ne lâche rien, qui est très dangereuse à domicile mais qui peut aussi être très dangereuse à l’extérieur. Maintenant, cette équipe a aussi connu beaucoup de changements et elle est redescendue en Pro D2 ce qui est difficile à vivre. Elle a perdu Serge Milhas, son entraineur mythique qui était en poste depuis de nombreuses années et qui avait une méthode assez particulière pour motiver ses troupes. Après,La Rochelle reste une équipe difficile à jouer qu’il ne faut pas prendre à la légère. Il va falloir sortir un très gros match ce weekend. »

Justement, par rapport au match de ce weekend, quel est ton pronostic ?

Mathieu Gouagout : « Mon pronostic, c’est que Béziers va gagner parce que je suis pour Béziers. Maintenant, comme je le disais à Philippe Benetton, on dit que La Rochelle est une équipe joueuse, mais avant d’être joueuse, cette équipe cherche à être très forte devant et s’ils voient qu’ils prennent l’ascendant sur les mêlées et sur les rucks, cela va les mettre en confiance. Il va donc falloir que nous soyons très solides devant pour les contrer là-dessus et les mettre dans le doute. »

Comment vois-tu la fin de saison de Béziers ?

Mathieu Gouagout : « D’après les échos que j’ai eu après les derniers matches, je ne pense pas que nous soyons en dessous des équipes comme Aurillac, Narbonne ou Périgueux mais il y a toujours un petit détail qui fait basculer le match. Je pense que Béziers a toutes ses chances pour se maintenir. Ça va être dur jusqu’à la fin du championnat, mais il ne faut pas lâcher tant que nous pouvons nous accrocher au dernier wagon. Maintenant, nous n’avons plus trop le droit à l’erreur à la maison. Si, ce weekend, nous perdons contre La Rochelle, ce sera très difficile pour la suite même s’il faudra attendre les résultats des autres équipes. »

Crois-tu encore à la montée Rochelaise en fin de saison ?

Mathieu Gouagout : « Personnellement oui. Mais pour moi l’équipe qui est vraiment au dessus cette année, c’est Grenoble, et l’équipe qui m’a le plus impressionné, c’est Mont-de-Marsan. Mais La Rochelle peut très bien réaliser une nouvelle surprise comme il y a deux ans quand elle a été battre le LOU chez lui en finale d’accession. »

Quel est ton meilleur souvenir à La Rochelle ?

Mathieu Gouagout : « A l’époque où je suis arrivé, j’avais 21 ans et Serge Milhas m’a fait venir de Lyon en me promettant du temps de jeu. Il a tenu parole et il m’a fait énormément jouer. En deux ans, j’ai très vite progressé à mon poste. Mon meilleur souvenir, c’est que La Rochelle est une ville très chaleureuse, amoureuse du Rugby et la plupart de mes copains sont encore là-bas aujourd’hui. »

 

view counter