share
Version imprimableSend by emailversion PDF

Current Size: 100%

Actualités

Une mi-temps aura suffi

L’Atlantique Stade Rochelais signe sa deuxième victoire bonifiée consécutive en disposant d’une vaillante équipe de Béziers 27 à 7. Après une très bonne première mi-temps ponctuée de 4 essais de Van Vuuren, Soucaze et Djebaïli (doublé), les Rochelais se sont un peu relâchés en deuxième période et ne sont pas parvenus à enfoncer le clou.

Un premier acte quasi-parfait

Dès le début de la rencontre, face à un vent puissant, les Rochelais se voient obligés de remonter les ballons à la main ; le nombre de ballons joués de leurs 22m a été assez impressionnant et aura largement contribué à la victoire bonifiée ainsi qu’au spectacle. Sur une touche aux 5m, le maul rochelais se met parfaitement en place et Djebaïli atterrit logiquement dans l’en-but biterrois (5-0, 5e). Les intentions demeurent mais les joueurs font parfois la passe de trop, avec quelques transmissions après contact mal assurées. Les Biterrois profitent de ces turnovers pour inscrire un essai en force par le demi de mêlée Chaput, au milieu de ses avants après une touche (5-7, 12e). Les Rochelais sont prévenus que la tâche de ce soir ne sera pas facile face à une équipe de Béziers qui ne lâchera rien, dans le sillage de son centre Simon Chevtchenko, très bon et très agressif.

Après un carton jaune reçu par Carmignani pour plaquage haut, les Rochelais repartent à l’assaut et déroulent leur rugby. Fortassin tape un petit coup de pied par-dessus, c’est récupéré par Lagarde qui passe à Bobo, le jeu est renversé et parfaitement écarté à l’aile, et Van Vuuren inscrit le deuxième essai maritime, sur la gauche des poteaux (10-7, 19e). Alors que les Rochelais continuent d’accélérer et que les Biterrois sont à nouveau 15 sur le terrain, Chevtchenko se met à la faute pour hors-jeu assez flagrant, annihilant une grosse occasion, et est logiquement sanctionné d’un carton jaune. Après la pénalité de Fortassin (13-7, 29e), les Rochelais multiplient les offensives face à une défense biterroise étirée sur la largeur, les passes après contact sont superbes et permettent de perforer dans l’axe, et Soucaze termine dans l’en-but, récompensant sa bonne prestation (20-7, 33e). Juste après, les Maritimes relancent une nouvelle fois de leurs 22m, Lagarde puis Gourdon perforent la défense, puis envoient Djebaïli à l’essai pour son doublé (27-7, 37e). Ça fait donc 4 essais d’avants, mais suite à des actions de trois-quarts et des relances du bout du terrain pour trois d’entre eux. Fabrice Ribeyrolles commente : « Effectivement, ça prouve qu’on est bons dans le déplacement offensif. Il nous manque même deux ou trois essais qui auraient pu être marqués en première mi-temps ».

En effet, les occasions n’ont pas manqué en première période, outrageusement dominée par les Rochelais qui ont fait subir une véritable déferlante à la défense de Béziers, attaquant de toute part. Bobo fait souvent la différence en 1 contre 1 mais est repris in extremis, Cestaro a l’occasion de marquer suite à un coup de pied à suivre mais le rebond n’est pas favorable (20e), quelques transmissions après contact sont mal assurées. De petites choses à corriger donc, mais rien qui pourrait ternir une très bonne première période.

« Un éclair… puis la nuit ! »

Si les Rochelais sont revenus des vestiaires avec les mêmes intentions, force est de constater que ça n’a pas aussi bien fonctionné. Dès le coup d’envoi, Lagarde croise parfaitement pour Cler qui rentre dans les 22m biterrois. Fortassin expédie une transversale lumineuse vers Bobo sur l’aile opposée, mais le rebond est défavorable et termine en touche. Peu après, Cestaro tape une nouvelle fois à suivre, Bobo prend son vis-à-vis de vitesse, mais ça termine encore en touche. Plusieurs fois, des grosses occasions sont là mais ça ne veut pas rentrer. Julien Audy analyse : « en deuxième mi-temps, il y a une petite rosée pas évidente à maîtriser. Il faut trouver le juste milieu entre jouer et pas jouer, et en deuxième mi-temps on a essayé de jouer mais on manquait d’intensité, de déplacement, donc y a pas mal de trucs qui allaient pas dans le bon sens. Après il y a deux actions ou trois où on peut marquer, et là le match aurait été nickel mais on n’a pas réussi à scorer à ce moment-là. Il y a aussi des actions où des en-avant volontaires nous coupent des occasions et y a pas de carton jaune… Bon c’est à nous d’être plus précis aussi, mais c’est frustrant. » Ribeyrolles ajoute : « En deuxième mi-temps on a l’occasion de marquer des essais mais on marque pas, il y a le rebond qui nous aide pas, toujours un petit truc qui nous empêche de marquer, puis sur la fin on a un peu levé le pied, on a été un peu en difficulté, mais on a tenu bon en défense. »

En fin de deuxième période, les Biterrois ont effectivement plutôt dominé les débats. La mêlée de Béziers a étonnamment bien tenu et les Rochelais n’ont pas dominé comme à l’accoutumée, alors « qu’on pensait avoir pris le pas ». Face à une belle équipe de Béziers qui « aurait pris plaisir à leur enlever le bonus offensif » d’après Chevtchenko, les Rochelais sont tombés dans l’approximation et un certain manque de concentration. Acculés, ils prennent logiquement un carton jaune pour fautes répétées en fin de match par Fortassin (79e), mais tiennent bon et n’ont jamais rien lâché sur leur ligne. Cette vaillance en défense est à retenir. Les Rochelais seraient-ils toutefois retombés dans leurs travers ? En tout cas, Julien Audy a quelques regrets : « On est des compétiteurs, on a envie d’être précis sur 80 minutes donc on est un peu déçus. Quand on voit ce qu’on arrive à faire sur les 40 premières minutes contre une très belle équipe qui lâche rien… On veut donner du plaisir à nos supporters et à nous aussi. Leur montrer qu’on travaille bien et qu’on est capables de le reproduire sur le terrain, ça nous fait vraiment plaisir. C’est à nous aussi de ne pas gâcher ces beaux moments et de travailler encore plus précisément, et d’éviter ce relâchement un peu dommage. Si c’est que du relâchement, entre guillemets c’est pas grave. » Fabrice Ribeyrolles acquiesce : « Evidemment c’est décevant, mais je pense que si on doit vraiment faire front, avec un adversaire qui nous talonne au score, on fait une autre fin de match. Là j’ai l’impression qu’on a un peu levé le pied, on pensait que le match était terminé et on s’est trompés par moments, on a été dans l’approximation ».

Au bout du compte, malgré cette seconde période relativement décevante, la satisfaction régnait dans les rangs maritimes. « On a une victoire bonifiée donc on va pas se plaindre. C’est une soirée positive, on prend 5 points et on réalise une excellente première mi-temps en termes d’intentions. C’est une bonne soirée. Il faut tenir cette concentration pendant 80 minutes mais c’est ce qu’on travaille à l’entraînement », conclut l’entraîneur rochelais. Julien Audy abonde : « on prend deux bonus offensifs en deux matchs, ça fait énormément plaisir. On n’est pas une nouvelle équipe, c’est juste qu’on travaille bien à l’entraînement donc ça paie en match. On est conscient de ce qu’on peut faire, on a les qualités pour, après faut le montrer le terrain. Pour le moment on commence à le faire, et ça fait du bien de prendre les 5 points, on est contents. On est bien soutenus par nos supporters et on arrive à leur faire plaisir. Pour le sprint final, ça nous met dans de bonnes conditions ». Avec un déplacement délicat à Colomiers, les Rochelais inaugurent une série de matchs qui s’annoncent très relevés, mais également « très excitants » selon le coach Jaune et Noir, où ils devront restés concentrés et appliqués sur 80 minutes. En tout cas, ils font tout pour.

N.C.

Photo : Von Tillman

view counter