Version imprimableSend by emailversion PDF

Current Size: 100%

Actualités

La Rochelle 18 - 3 Tarbes

Ce dimanche, le Stade Rochelais a dominé le Tarbes Pyrénées Rugby 18-3 au terme d’un match haché et très engagé, où la défense a annihilé toute velléité offensive.

Un match sous le signe du combat

Manifestement, l’affiche du jour n’a pas offert une orgie de jeu aux spectateurs : dans un match sans essai, la défense a pris le pas sur l’attaque et laissé parler le combat. À ce jeu, les Rochelais ont gagné. Pleins d’envie, ils ont souvent gagné leurs duels et avancé à l’impact, se procurant plusieurs pénalités dès les premières minutes et permettant d’occuper le camp adverse. La puissance maritime a donné l’opportunité à Fortassin de punir son ancienne équipe, ce dont il ne s’est pas privé : en coin, il a fait parler sa précision par deux fois (9e, 12e), alors que Moeke a manqué de puissance (14e). Le duel de buteurs est remporté par l’ouvreur rochelais et concrétise le surplus de puissance du pack jaune et noir. C’est aussi sur les phases de conquête que le pack rochelais s’est illustré. Les Maritimes ont pu se reposer sur leur mêlée dominatrice pour tenir Tarbes à distance (9e, 43e, 55e). Valeur sûre cette saison encore, elle a souvent permis à La Rochelle de se remettre à flot ou d’asseoir sa supériorité. En l’occurrence, c’est le deuxième cas qui s’est appliqué.

Les rucks au cœur de la bataille

Ce sont véritablement les zones de rucks qui ont marqué la rencontre de leur empreinte. Lors des phases défensives, les Rochelais ont récupéré de nombreux ballons, que ce soit sur pénalité ou turnover, à l’image d’une attaque tarbaise dans l’axe en 1e période bien contenue par les Rochelais qui restent disciplinés, récupèrent le ballon, et contrattaquent de leurs 22m, amenant le premier carton jaune pour Moeke et la 3epénalité pour La Rochelle (25e). Conjuguant puissance et efficacité défensive, les Rochelais mènent donc 9-0 à la mi-temps. En seconde période, le soutien rochelais est toujours aussi disponible, conteste les ballons avec succès à l’image du capitaine Atonio, mais perd la possession. Si les phases défensives restent aussi efficaces, les offensives sont gâchées par des ballons extrêmement ralentis, des sorties de mêlée parfois difficilement assurées, et une touche défaillante. La conquête s’est donc un peu enrayée et permet aux Tarbais de monopoliser le ballon malgré leur indiscipline, hachant encore davantage un match déjà saccadé mais toujours dominé par les Rochelais. Grâce à la mêlée et aux fautes tarbaises au sol, ils marquent cependant trois pénalités de plus pour terminer 18-3.

Retour pour Murimurivalu et Goujon, première pour Kieft, Gard et Lebail

Au-delà du contenu, ce match aura été l’occasion pour le public d’entrevoir de nouvelles têtes. Joueur espoir de la cellule élite, Kieft a connu sa 1e titularisation et signe une prestation très convaincante, qui aurait même pu se solder par un essai, refusé pour avoir rampé. Entré en fin de match, le jeune espoir Lebail a également connu sa première feuille de match à la mêlée. Enfin, le néo-Rochelais Gard, tout droit venu de Montpellier, a remplacé Fortassin en fin de match et pourra bénéficier de davantage de temps pour prendre ses marques au sein de sa nouvelle équipe. De leur côté, Goujon et Murimurivalu revenaient de blessure et auront eu l’occasion de se remettre en jambe avant le choc de la prochaine journée chez le leader lyonnais, que les Rochelais pourront aborder avec confiance grâce à leur victoire nette et sans bavure.

 

N.C.

view counter