Version imprimableSend by emailversion PDF

Current Size: 100%

Actualités

Jean-Philippe Grandclaude répond à vos questions

Jean-Philippe Grandclaude, ancien pensionnaire de Perpignan, a répondu à l'ensemble des questions des internautes en tentant d'être le plus complet possible. Nous vous proposons une sélection de 7 questions...


Thibault P. : Quand on voit le classement de la 2ème à la 7ème place ça se tient en 5 points donc pour envisager d'entrer dans les 5 (ou 2eme ou 3eme) il faut enchaîner des victoires aussi à l'extérieur, donc comment envisagez ce déplacement chez le 14ème.

« Nous envisageons ce match comme tous nos autres déplacements c’est-à-dire comme à Aix-en-Provence, à Massy, à Colomiers et comme nous avons essayé de l’envisager à Narbonne où nous avons perdu de quelques points. Ces équipes du bas du tableau vont de temps en temps parvenir à gagner face à de grosses écuries, chez eux. C’est ce qu’ont fait les Dacquois face à Brive et Tarbes notamment. Nous savons que ces équipes luttent pour le maintien et qu’elles ne lâchent rien. Nous avons l’ambition d’aller gagner à Dax mais nous devons également avoir la volonté d’aller gagner un match chez un concurrent direct. C’est ce qui nous fera faire la différence au niveau de ces 5 équipes qui se bataillent à quelques points. La Pro D2 est un championnat resserré, il n’y a plus ces quelques équipes qui maîtrisent totalement le championnat. Je pense qu’aujourd’hui le championnat se divise en deux parties : les équipes qui se battent pour le maintien et les autres pour la montée. Tous les matches sont difficiles. En plus de cela, nous avons l’ambition de récompenser l’ensemble de nos supporters par une demi-finale à la maison afin de donner un peu plus de joie au public. La deuxième partie du championnat va passer très vite donc nous ne devons pas laisser passer les points… »

 

Marc A. : Toi qui as l'expérience du plus haut niveau, penses-tu que le stade est capable de monter et de se maintenir dès cette fin de saison, ou ne vaudrait-il pas mieux faire une saison supplémentaire, finir 1er et monter l'année suivante ? A condition bien sûr de garder l'effectif en fin de saison pour ne pas tout reconstruire.

« Je suis venu ici parce que je pense que le Stade Rochelais, au niveau des infrastructures et des ambitions du club, a les capacités pour monter en Top 14. Un club représente un tout : une équipe sur le terrain, un staff sportif, des supporters, des infrastructures… Et toute une équipe qui fait vivre le club autour. Les bénévoles et les salariés sont également présents pour faire monter le groupe en Top 14. Je pense que le club est largement structuré pour s’installer à ce niveau. Je suis venu à La Rochelle pour aider le club à être au plus haut niveau. Le Top 14 ne cesse de progresser d’année en année et les places sont chères. La Pro D2 devient également très intéressante. Je pense que si nous montons, le club fera le nécessaire au niveau des infrastructures et des joueurs pour faire ainsi de l’ASR un club de Top 14 reconnu. Je pense qu’une stratégie d’évolution de club sur plusieurs années est plus intéressante qu’une dynamique seulement sur une année. Lorsque l’on monte c’est une vision sur 3 ans qu’il faut avoir et pas seulement sur une année. »


Loïc G. : En 6 mois t'es-tu bien adapté à la vie rochelaise et au club ? Ton association avec CANALE ancien pensionnaire tout comme toi du top 14 monte en puissance ; loin sont ces blessures qui t'ont handicapées en région catalane. En tout cas, continue à nous régaler et on croit en vous pour la seconde partie de la saison.

« Je me suis très bien adapté à la vie rochelaise. J’avais d’autres possibilités en Top 14, mais j’ai fait le choix de venir ici lorsque l’on m’a invité à venir découvrir les infrastructures du club. J’ai eu l’opportunité d’assister à un match. J’ai découvert à ce moment-là un stade plein avec une bonne ambiance et qui ressemble, par conséquent, énormément à ce que j’ai pu vivre pendant 8 ans à l’USAP. J’avais besoin de ça pour continuer à prendre plaisir sur un terrain et conserver cette adrénaline lorsque j’entre sur la pelouse. Il faudrait être difficile pour se plaindre de la vie rochelaise. C’est une ville à taille humaine qui bouge beaucoup, les gens sont agréables et on retrouve une atmosphère un peu plus calme que dans le sud.
Pour le club, je le redis, je suis complétement ravi d’être ici. Les ambitions du club sont telles que je ne peux être que motivé pour apporter un maximum. Ensuite, il y a d’autres bons joueurs au centre tels que Clément Marienval et François Herry. Mon association avec Gonza’
(Gonzalo Canale – nldr) s’est très bien passée en début d’année. Malheureusement, cela fait quelques matches que nous n’avons pas joué ensemble. J’espère que nous allons retrouver cette sensation, ce feeling qu’on avait ensemble sur le terrain. C’est une personne que j’apprécie énormément dans la vie. C’est le style de joueur avec lequel nous pouvons aller à la guerre, sur un terrain ! En dehors des qualités techniques, pour moi la priorité au rugby c’est d’avoir la mentalité d’un conquérant, de rentrer sur un terrain avec l’objectif de ne rien lâcher. Gonza’ fait partie de ce style de joueur que j’apprécie beaucoup. C’est important de pouvoir me sentir bien à côté de lui sur la pelouse, donc pourvu que cela continue ! Je dirais même « pourvu que ce soit mieux » car ni lui, ni moi, sommes entièrement satisfaits de ce que nous avons fait. Nous avons la volonté de faire plus... »

 

Jacques C. : Merci pour votre jeu que j'ai pu observer et un joueur de votre trempe est très apprécié dans notre club. Pouvez-vous nous dire ce que vous allez apporter de plus à notre club pour une éventuelle montée même si ce n'est pas cette année.

« Il y a des joueurs leader qui sont à la charnière. J’essaie de leur apporter un maximum de moi-même pour qu’ils puissent nous mener dans les meilleures conditions possibles. Au sein du groupe, j’essaie d’apporter cette rigueur du Top 14 que j’ai vécu pendant plusieurs années bien que je ne sois pas le seul. Il faut être de plus en plus perfectionniste puisque le niveau ne cesse d’augmenter. Je suis venu à La Rochelle dans l’objectif de prendre tous les matches de la même manière, avec une forte ambition. Les matches à domicile nous avons une envie particulière de jouer parce qu’il y a plus de 10 000 spectateurs, mais, une victoire à l’extérieur fait un bien énorme au groupe également. Ce sont dans ces moments-là que l’on découvre un groupe. J’ai envie d’apporter au moins cette force à l’équipe en disant que tous les matches sont de la même importance et c’est tout aussi agréable de gagner à domicile qu’à l’extérieur donc l’ambition et la volonté de gagner doivent être présentes systématiquement. »

 

Kévin G. : J'aimerais savoir ce que tu penses du public Rochelais à domicile comme à l'extérieur. Bonne seconde partie de championnat à toute l'équipe.

« Le public et l’ambiance sont une des raisons pour lesquelles je suis venu à La Rochelle. A domicile, c’est un public qui vient en masse, qui remplit le stade et qui nous soutient. Une des images les plus fortes de la saison reste la fin de match contre Albi. C’était un match « moyen » à regarder et à jouer puisque nous n’avons pas énormément pris de plaisir sur le terrain. En revanche, lorsque l’on voit le soutien que l’on a eu à la fin du match, le public qui nous a poussé vers la victoire et cette explosion du stade qu’il y a eu à la fin... C’est ce qui suffit à ma joie d’être ici. Ensuite, c’est une équipe qui se déplace beaucoup et assez loin mais lorsque nous sommes en déplacement et que l’on voit des rochelais partout en France, ça fait énormément plaisir ! Je retrouve beaucoup de similitudes avec le club où j’ai passé 8 ans avant de venir ici. J’aime beaucoup partager avec les supporters et j’apprécie cet engouement qui peut être créé autour du club. J’aime procurer de la joie à tous ces gens qui nous suivent et qui consacrent une part de leur vie à notre club. On leur doit bien ça ! »


Jean-Charles S. : En tant qu'observateur attentif et affectueux du stade rochelais, je vous adresse la question suivante : à votre avis, que manque-t-il, sportivement, à l'équipe du stade rochelais pour avoir un niveau DURABLE d'une équipe de top 14 ? Je vous remercie pour votre réponse, et je vous adresse à vous, et à tous vos coéquipiers une très très bonne année 2013, puissiez-vous réaliser, tous ensembles, vos rêves.

« Il faudrait déjà monter en Top 14 ! Je pense qu’il manque une certaine évolution, c’est une équipe qui a été reconstruite en grande partie et qui trouve au fur et à mesure ses repères. Le groupe vit très bien. Avant de se concentrer sur le Top 14, il faut parler du haut niveau de Pro D2, des phases finales et de l’accession en Top 14. Je préfère pour le moment me concentrer sur le championnat où nous sommes. »

 

Benoit D. : Que penses-tu du début de saison et le tien ?

« Sur le plan comptable, mis à part ce premier match que nous traînons comme un boulet depuis le début, la première partie reste correcte. Au niveau du jeu, nous pouvons faire beaucoup mieux, j’aimerais que l’on soit plus réguliers dans nos performances et que l’on arrive à tenir un bon niveau d’intensité. Nous nous mettons énormément en questions après chaque match lorsque nous faisons « un pas de travers ». Je pense que l’on a fait de bonnes choses. On va, par conséquent, essayer de s’appuyer sur les points positifs pour pouvoir les reproduire le plus souvent possible. Ensuite, sur un plan plus personnel, je suis content parce que j’ai réussi à cumuler un temps de jeu intéressant. J’ai vécu une saison compliquée l’année dernière par rapport à ma blessure. Je retrouve depuis cette année des sensations qui sont de mieux en mieux. Je me focalise avant tout à remplir ma tâche sur le terrain et je pense que je peux encore apporter davantage à l’équipe. Une bonne performance individuelle est souvent amenée par un collectif solide et soudé. »

view counter