Version imprimableSend by emailversion PDF

Current Size: 100%

Actualités

Jean-Louis, DJ de l'ASR !

« Pom, pompom,pom,pompom,pommm » crachent les haut-parleurs du stade Deflandre. « Olé » hurle dans la foulée le public rochelais. Cette petite virgule musicale est l’une des nouveautés apportées par Jean-Louis Chargelègue, le disk jockey officiel de l’Atlantique Stade Rochelais.

« J’aime mettre de l’ambiance avec les sons, créer une atmosphère, faire danser, bouger les gens » lance Jean-Louis, casque sur l’oreille devant sa table de mixage. « J’ai deux métiers qui me font vivre. Je suis responsable qualité dans une enseigne de la grande distribution, et depuis 25 ans DJ en boîte de nuit. Je suis abonné au Stade depuis la saison 2009/2010 ; aussi, quand j’ai eu l’opportunité de lier ma passion à celle du rugby, je n’ai pas hésité » confie-t-il.

L’an passé, le Stade Rochelais a fait appel à bénévole sur son site internet, pour s’occuper de la sonorisation les jours de match ; Jean-Louis a immédiatement postulé. Parmi une dizaine de candidats, il a décroché le poste. « Avant mon arrivée, en octobre 2013, c’est Chloé Stevenet, la responsable communication du club, qui passait un CD préenregistré. Maintenant, en direct, j’essaie d’apporter un plus, avec des sons actualisés qui donnent du dynamisme. Ma musique doit contribuer au spectacle avec des temps forts et un habillage musical dédié » signale-t-il. Pour préparer les matchs, Jean-Louis est abonné à un site spécialisé, où en toute légalité, il peut rechercher et télécharger n’importe quelle musique.

Toutefois, l’improvisation a ses limites. Tout est planifié à l’avance, à la minute près. Le fond musical varie selon les séquences : présentation de l’équipe adverse, puis des joueurs du Stade. A cet instant, la concentration est maximale en régie, avec une chorégraphie à 3, transparente pour le public. Guillaume Guillemet s’occupe de l’écran géant affichant les portraits des joueurs, Jean-Louis synchronise la puissance de la musique tandis que Chloé annonce les noms des titulaires et remplaçants. Ensuite, l’hymne du Stade est envoyé jusqu’au temps fort suivant : l’entrée des équipes sur le terrain. Il ne s’agit pas de lancer le titre dédié - DJ Scotty « Black Pearl » - trop tôt, sinon le public qui accompagne debout et en cadence pourrait s’essouffler !

C’est au cours de la partie que peut s’exprimer au mieux l’inspiration du disk jockey, rythmant avec des jingles certaines actions de jeu. « J’adapte mes interventions en fonction de la réaction du public » souffle Jean-Louis. A la mi-temps, l’ordonnancement des périodes musicales et parlées reprend ses droits, avec l’annonce par la speakerine des anniversaires puis des partenaires. Après le match, tant que le terrain n’est pas évacué par les spectateurs, le DJ enchaîne les titres. « J’essaie de finir sur des rythmes festifs et joyeux, pour que les spectateurs repartent avec la sensation d’avoir vécu un moment de fête » précise Jean-Louis, qui insiste : « La réception prochaine de Lyon, champion de France de Pro D2, puis la demi-finale à domicile tant espérée, devraient être l’occasion de mettre une ambiance de feu ! »

F.F.

view counter